Le «no-wo-man's land» atlantique

Il est troublant de réaliser, à la suite de la présentation du discours du Trône fédéral, que les provinces de l'Atlantique ne semblent plus faire partie du Canada : on semble avoir été complètement oublié, du moins, c'est le goût amer qu'il nous en reste. Et c'est comme si le Nouveau-Brunswick ne fournissait pas huit députés fédéraux sur dix à ce gouvernement Harper. Est-ce qu'on serait devenu un «no-wo-man's land»?

Les observateurs politiques s'entendent pour dire que la machine électorale pour les élections fédérales de 2015 est déjà en marche. On avait déjà de la difficulté à endurer les 35 jours normaux pour mener une campagne électorale régulière, alors cette campagne-ci risque d'être longue à supporter. Quoique, puisqu'on ne s'intéresse pas à nous, cette campagne risque de se dérouler sans que l'on s'en aperçoive. Bien sûr, les Trudeau et Mulcair seront présents pour faire le plein de sièges, mais il faudra sérieusement se demander si le Parti conservateur y fera ou voudra y faire campagne.

 

Une des propositions de ce discours qui m'a le plus dérangé, c'est celle de mettre sur pied un programme afin de faciliter la migration de la population au pays. Sauf qu'on n'a pas dit clairement que l'on souhaite accentuer l'exode actuel de l'Est vers l'Ouest, comme si ce n'était pas déjà suffisant comme ça l'est maintenant. Comme prix de consolation, nos exilés des Maritimes pourront sécher leurs larmes au loin en buvant de la Moosehead ou de la Alpine, puisque Harper s'engage à enfin libéraliser la circulation des boissons alcoolisées au Canada.

L'annonce de cette nouvelle politique sur la migration, conjuguée au silence complet sur l'irresponsable réforme de l'assurance-emploi enclenchée depuis deux ans, constituent un cocktail explosif qui risque d'amener d'importants troubles sociaux en Atlantique et ailleurs au pays cet automne. En effet, c'est à partir de maintenant que les vices de cette réforme vont faire sentir leurs impacts négatifs.

Il semble que ce discours du Trône soit le plus élaboré depuis que monsieur Harper est au pouvoir. Il a voulu ratisser le plus large possible avec son menu législatif, tout cela à la sauce populiste. Il a bien sûr voulu grassement rassurer son aile droite en annonçant plus de 13 projets législatifs portant sur la loi et l'ordre, comme si le taux de criminalité au Canada ne baissait pas depuis une dizaine d'années. On a de plus annoncé de nombreuses célébrations à venir, surtout à la sauce militaire. Ainsi, les petits amis de droite resteront fidèles, puisqu'ils seront contents.

D'entrée de jeu, rappelons que les Canadiens considèrent, selon des sondages, que le NPD fédéral est le parti le mieux placé pour défendre les intérêts des consommateurs, et le Parti conservateur est en troisième position. Par ailleurs, depuis l'arrivée de Trudeau comme chef du Parti libéral du Canada, on mise surtout sur la défense de la classe moyenne. Avec cela en tête, il n'est pas surprenant que le discours du Trône mentionne que le gouvernement conservateur prendra des initiatives afin de protéger les consommateurs, en empruntant certaines idées des autres partis. On appelle cela une astuce électoraliste, pour ne pas dire carrément populiste. Mais, comme consommateurs, on s'en fout, pourvu qu'on nous protège.

On va donc tenter de réduire les coûts de nos cellulaires (qui sont scandaleux), ceux de notre accès à la télévision, et même nos frais bancaires (mais on ne s'attaquera pas aux coûts d'utilisation des cartes de crédit, dossier si cher à la sénatrice libérale Pierrette Ringuette du Nouveau-Brunswick). On fera une loi pollueur-payeur (souhaitons que ça aille plus loin que la promesse non réalisée de 2007 de baisser les émissions de carbone). On va rendre les lois plus sévères pour ce qui est de la circulation de matières dangereuses, tout en obligeant les compagnies ferroviaires d'avoir des assurances appropriées pour couvrir l'intégralité de leurs dégâts (après le désastre de Lac-Mégantic, on n'en souhaitait pas moins). On salue par ailleurs le nouveau programme d'infrastructures de 70 milliards $ pour dix ans (on pourra peut-être récolter des miettes). L'entente de libre-échange avec l'Europe pourrait peut-être augmenter les activités dans nos ports et pour nos produits de la pêche, puisqu'on en est la porte d'entrée et de sortie : mais, ça, on n'en sait rien pour le moment. On ne parle pas de santé, de développement régional, d'arts et culture, ou de dualité linguistique dans ce discours.

Il est à se demander si, sans la vache à lait meurtrière de l'environnement que sont les sables bitumineux, on pourrait toujours reconnaître que la santé économique du Canada est la meilleure dans le monde occidental. On serait en droit de croire qu'un gouvernement conservateur ne générerait pas de dettes publiques. Pourtant, la dette canadienne a augmenté de 166 milliards $ depuis que Harper est au pouvoir. Même le gouvernement conservateur Mulroney était aussi dépensier, tout en coupant les revenus d'impôt. Du même souffle, on est aussi en droit de se demander si on ne serait pas dans une situation économique plus précaire si Harper n'avait pas bénéficié des surplus budgétaires ramassés par ses prédécesseurs libéraux Chrétien-Martin. On convient que ces surplus libéraux ont été faits sur le dos des provinces et des travailleurs, en grappillant dans la caisse de l'assurance-emploi. En effet, on peut sérieusement se demander si la réputation de bon gestionnaire économique actuellement accolée au gouvernement Harper dans le monde n'est pas surfaite. On a un autre long deux ans avant de s'en faire une idée plus définitive. Mais il est vrai aussi que le Canada central et de l'ouest se fout des opinions de l'Atlantique, puisque pour eux, on n'existe pratiquement pas!

Jean-Marie Nadeau est auteur, consultant en communications, militant acadien, ancien candidat du NPD et ancien président de la Société de l'Acadie du N.-B. L'opinion émise dans cette chronique n'engage que l'auteur. M. Nadeau peut être joint à l'adresse suivante : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Do not miss

No events

Newsletter

Connexion