La séduisante Écosse

L’Écosse nous a fait vivre, ces dernières semaines, de grandes émotions. C’est une des plus belles régions (on ne peut dire pays) au monde et un des meilleurs peuples que j’ai connus , puisque j’y suis allé dans les années 70. Par ailleurs le « fairplay » traditionnel britannique a su une autre fois conforter l’humanité de par ses pratiques démocratiques. L’organisation et la tenue de ce référendum sur l’indépendance éventuelle de l’Écosse sera, pour l’avenir dans le monde, un modèle à suivre. En ce sens-là, le référendum écossais aura surpassé dans son déroulement les deux derniers référendums québécois, même si les référendums québécois étaient eux aussi de grands exercices démocratiques.

Read more: La séduisante Écosse

Le bonheur, c’est fatiguant

En toute chose, il y a un début, et il y a une fin. Pour moi, le CMA s’est terminé mardi dernier puisque je suis en France pour le mariage d’un neveu…pour plusieurs d’entre vous, ça se termine dimanche dans l’Acadie du Québec, où j’espère que vous serez nombreux. J’ai fait le plein de bonheur depuis le 8 août dernier. Que le bonheur est fatiguant; il accélère le temps. Mais c’est une bonne fatigue, tonifiante, créative, formatrice, inénarrable. J’aime le bonheur, j’aime vivre, j’aime le peuple acadien, et j’aime les autres peuples.

Read more: Le bonheur, c’est...

De bons signes annonciateurs

Même si le printemps est tardif et terne sur le plan de la température, il est plus glorieux et flamboyant sur le plan des idées et des initiatives.

Plusieurs centaines (400) de jeunes se réunissaient dans la Péninsule acadienne en fin de semaine dernière afin de réfléchir sur leur place dans la société d’aujourd’hui et demain. Ce qui est frappant, en partant, c’est que ces jeunes semblent être de la première génération à s’être débarrassée des vieux esprits de clocher qui ont hanté négativement pendant trop longtemps la société acadienne en général, et la région de la Péninsule acadienne en particulier. Ce phénomène peut s’expliquer en partie par la venue des médias sociaux. Si on peut avoir des amis Facebook en Europe ou au Japon, pourquoi ne pas en avoir dans le village voisin.

Read more: De bons signes...

Le «no-wo-man's land» atlantique

Il est troublant de réaliser, à la suite de la présentation du discours du Trône fédéral, que les provinces de l'Atlantique ne semblent plus faire partie du Canada : on semble avoir été complètement oublié, du moins, c'est le goût amer qu'il nous en reste. Et c'est comme si le Nouveau-Brunswick ne fournissait pas huit députés fédéraux sur dix à ce gouvernement Harper. Est-ce qu'on serait devenu un «no-wo-man's land»?

Les observateurs politiques s'entendent pour dire que la machine électorale pour les élections fédérales de 2015 est déjà en marche. On avait déjà de la difficulté à endurer les 35 jours normaux pour mener une campagne électorale régulière, alors cette campagne-ci risque d'être longue à supporter. Quoique, puisqu'on ne s'intéresse pas à nous, cette campagne risque de se dérouler sans que l'on s'en aperçoive. Bien sûr, les Trudeau et Mulcair seront présents pour faire le plein de sièges, mais il faudra sérieusement se demander si le Parti conservateur y fera ou voudra y faire campagne.

Read more: Le «no-wo-man's land»...

Petit cours accéléré d’histoire de l’Acadie du Nouveau-Brunswick

Jean-Marie Nadeau
11-10-12

Certains lecteurs acadiens et anglophones ont exprimé le souhait d’en apprendre un petit peu plus sur l’histoire acadienne. On va donc essayer de vous donner un petit cours d’histoire accéléré , principalement sur l’Acadie du Nouveau-Brunswick.

Le peuple acadien, premier regroupement européen à s’installer en permanence en Amérique dès 1604, est aussi le premier regroupement francophone à s’y être assumé comme peuple dès 1881 à Memramcook. Suite à des premiers États généraux du Canada français tenus au Québec en 1880, on proposait de créer un grand peuple canadien français avec le 24 juin comme fête nationale. Les Acadiens présents ont senti le besoin de consulter leur population avant d’adhérer ou pas à cette proposition. 5,000 d’entre eux se réunissaient à Memramcook pour dire que la meilleure façon pour les Acadiens d’exprimer leur solidarité avec le reste du Canada français était de s’assumer pleinement comme peuple francophone distinct d’Amérique. C’était le premier grand rassemblement du peuple acadien depuis 1755, et on y a créé la Société nationale de l’Acadie d’aujourd’hui. On voulait régler nous-mêmes nos défis face aux affres de l’histoire, dont le grand dérangement, qui a été malgré nous un acte fondateur.

Read more: Petit cours accéléré...

Vitalité acadienne hors les murs

JEAN-MARIE NADEAU
2013-01-24 12H44

Ce n’est pas parce que je suis en congé de maladie prolongé à Montréal, que je sois mourant ou inapte pour agir et bouger. Écrire ces chroniques pour moi, c’est la santé. En effet, ma santé mentale et intellectuelle en dépend. Vous écrire, c’est continuer de vous aimer. Donc, à tous ceux et celles qui se demandaient si j’allais écrire ces chroniques durant mon repos, la réponse est oui, car ça fait partie du forfait vacances.

Accepter de se reposer, même par obligation, et même si c’est fatigant de se reposer pour un gars comme moi, c’est presque faire le choix d’une simplicité volontaire, ou à tout le moins involontaire. Quoi de plus simple que de commencer la journée à lire des journaux, et par la suite se questionner à savoir quel livre lire, quel film aller voir, ou encore assister à quel spectacle en soirée? Ou encore de savoir à quelle heure on fait la sieste, et pendant combien de temps? Ou encore, on va visiter de vieilles tantes en ville, voir des amis, se balader dans la rue sans but précis à côtoyer d’autres êtres humains qui font de même. En fait, on laisse le bon temps rouler, comme disent nos compatriotes cadiens. Que d’heureux dilemmes à régler, sans qu’il n’y ait de conflits, ni de contradictions, ni de portée stressante!

Read more: Vitalité acadienne...

Newsletter